25 février 2018

Impact, Histoire, Audace ou ... l'antithèse du stéréotype de la photo léchée!

Un édito-philo-photo de Daniel M

Avertissement: Ce propos est une provocation, âmes sensibles s'abstenir !


Nous sommes bombardés quotidiennement d'images de toutes provenances et de toutes allures. Mais rien n'est plus ennuyant que de regarder les résultats des différents concours photographiques qu'ils soient dits amateurs ou professionnels. Un vrai ramassis d'éternels stéréotypes sanctionnés par des jury ou des directeurs artistiques enfermés dans leurs règles désuètes de la photo traditionnelle.  Je suis sévère non je suis outré par ce manque de courage, de générosité envers l'originalité, l'inattendu et le provocant. Car il s'agit bien de cela. Une photo qui a de l'impact, qui a quelque chose à raconter et qui s'imprime dans notre conscient-subsconcient est d'abord une image provocante à des lieux-lumières des schèmes idio-répétifs des dernières décennies.

Au diable l'aspect technique de l'image, le sujet ou l'objet de photo doit dominer l'oeuvre avant tout. Celle et celui qui provoque questionne notre façon de penser et nous propose des nouveaux horizons créatifs à explorer. Ces créateurs enrichissent notre patrimoine culturel et rejettent la vision réductrice des sclérosés de la vieille garde photographique. Y-a-il encore place pour un magazine photo à grande échelle pour proposer cette audace de l'esprit ? J'en doute fortement mais je salue ceux et celles qui me prouveront le contraire.

Décortiquons donc ces trois éléments révolutionnaires de la photographie évolutive. D'abord il faut l'impact i.e. le coup de poing visuel qui nous attire et nous soude à l'image. Sans impact il n'y a qu'une tranquille indifférence dont l'esprit s'empresse d'effacer les traces sans remords et sans saveur. Puis il y a cette histoire qu'on pressent dans le contexte de l'image i.e. la photo nous parle peu importe son niveau, elle a de la substance mais elle pourrait ne pas s'adresser à tous car l'attirance ou la séduction de l'image donnée n'est pas nécessairement et surtout pas universelle. Enfin et par dessus tout il y a l'audace i.e. la transgression essentielle de nos stéréotypes qui porte le discours de l'image plus loin encore dans notre imaginaire et nous oblige à s'interroger sur nous-même et notre univers.

Oui nous sommes dans un schéma plutôt déstabilisant et assez insécurisant. Mais la création est un exercice d'exploration ou l'inconnu fait parti du processus. L'avancement humain ne s'encombre pas d'attitudes timorées et réductrices mais vise plutôt à dépasser les frontières artificielles du dogmatisme conservateur.

Impact, histoire et audace voilà bien ou notre créativité visuelle doit se concentrer et se libérer des chaines des comportements acquis. Le malheur veut qu'en cette période de multi-communications le contenu est de plus en plus tributaire de la censure des grands ensembles médiatiques comme l'Internet et ses commettants. Nous assistons donc aux triomphes de la répétition, la messe de tous les marketeurs de cette planète. Les pseudo grands sites Web de la photo sont les McDonald de l'image avec leur recettes surannées. Voici donc quelques suggestions pour tous les révolutionnaires de l'image:

Créez votre propre imagerie, vos sujets, vos objets sans tenir compte de l'assentiment général;

Transgressez le plus possible les pseudo-règles (dogmes) techniques et malaxez la matière photonique comme l'exposition et la mise au point;

Soyez d'abord underground car c'est souvent dans ce milieu ou foisonne la nouvelle créativité et ou vous rencontrez un univers qui vous ressemble, qui vous accueille sans préjugé et qui partage votre amour de la différence;

Et surtout soyez persistent car c'est l'acharnement créatif que vous trouverez la véritable profondeur de votre oeuvre.

Bref soyez un artiste avec tous les risques que cela comporte mais aussi avec tout le génie que cela peut engendrer.

------------------------------------------------- 30 (Fin de la tirade) ------------------------------------------------------


Glasses-Over