10 février 2018

Les "gros" chez les "petits"compacts: une tendance à contrario.

Crise d'obésité chez les compacts sans miroir à objectifs interchangeables!

Avertissement amical: le monsieur n'est pas content...!

N'est-ce pas la contradiction ultime de construire de nouveaux modèles d'appareils photo numériques dans des formats réduits de capteurs comme l'APS-C et le MFT et de gonfler leurs dimensions et leurs poids à un point tel qu'ils tutoient les traditionnels DSLR de format 24 X 36mm (ancien 135)? La question se pose plus d'actualité que jamais avec l'apparition des nouveaux modèles Fujifilm X-H1 et Panasonic G9 de haut de gamme. En effet un des objectifs premiers en créant ces nouveaux formats était d'offrir des ensembles d'appareils-objectifs diminutifs des anciennes et largement répandues combinaisons d'appareils reflex optiques (1) et de leurs objectifs.

Panasonic Lumix GM5 et son zoom Pancake 12-32mm:
 l'essence même d'un format MFT compact.
 Évidemment et par définition ce blog-photo fait modestement l'apologie des appareils compacts. La tendance actuelle démontrée par les manufacturiers me déprime un peu beaucoup. Panasonic avec ses séries GM, GM1 & GM5, et GX du début, Fujifilm avec avec ses séries XA, XE et XM, et Olympus avec ses séries Pen et OM-D ont toujours proposés des modèles somme toute performants tout en respectant cet état d'esprit original des "sans-miroir" avec des solutions légères et aux dimensions réduites.

Je comprends l'argument de tenue en main voulant répondre de certaines exigences ergonomiques pour la sécurité d'usage et le confort de l'utilisateur. Cependant les expériences passées démontrent que passé un seuil assez limite quant au volume de l'appareil l'utilisateur a tendance à délaisser sa caméra à la maison pour n'emporter ce qu'il considère beaucoup moins contraignant et là on voit poindre tous ces nouveaux mobiles multifonctions si alléchants.

Plus vraiment un compact!: l'Olympus OM-D E-M5 Mark II 
combiné avec sa poignée externe et son bloc d'alimentation
D'ailleurs je m'interroge aussi de l'impact d'une telle contradiction entre les petits objectifs produits depuis les débuts de ces nouveaux formats APS-C et MFT et les nouvelles propositions des fabricants qui sont de plus en plus volumineuses. Cette coexistence deviendra difficile puisque sur le plan du confort de manipulation les boitiers compacts ne font pas bon ménage avec des optiques plus lourdes et plus grandes en créant des déséquilibres évidents.

Du point de vue strictement commercial je conçois que Fujifilm, Panasonic et Olympus se préparent frénétiquement aux offensives prévisibles et imminentes des majors Canon, déjà amorcé, et Nikon, ça presse dans leur cas qu'il le veuille ou non (!). Et il ne faut pas sous-estimer cette menace compte tenu du marché restreint de la photographie spécialisée. Par contre l'argument commercial dans ce cas pourrait avoir son envers en aliénant l'essence même qui permis l'essor de cette catégorie d'appareils photo numériques, les compacts.

Cette lutte entre les compacts et les caméras de plus grandes dimensions n'est pas nouvelle et les tensions entre les deux écoles vont certainement persister encore longtemps. Il faut juste souhaiter qu'elle n'affectera pas trop l'offre actuelle pour des appareils photo et des objectifs compacts de qualité supérieure.
______________________________________

(1) Notez la nuance ici qu'un appareil reflex optique renvoie l'image dans le viseur via un jeu de miroir et de prisme tandis qu'un "mirrorless" le fait de façon virtuelle par liaison électronique. Dans les deux cas les contraintes techniques et la qualité des composantes de construction influent dans le rendu final de l'image ainsi visionnée par l'utilisateur.